Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

--

J’ai beau dire
je suis un homme du XIXème siècle
et pas la peine de protester
ramassant les auréoles passées
sur le macadam de la poésie 
consciente de sa chute

 

Il n’était pas trop tard
ce soir pour relire ça ni
pour ouïr cette Mademoiselle Bistouri
qui tant désire un médecin si gentil
et si bon pour les femmes 
comme elle dit

 

Ah ah cette vie
cette vie on pouvait la peindre
l’imaginer la continentaliser l’océaniser
la moraliser bellement en prose
malgré l’âme irresponsable
l’âme muette

 

 


N’ayant le clavier romanesque et ne m’en consolant qu’à moitié
j’ai racheté une plume de gaucher qui souplement glisse sur le papier
and so what j’ai écouté idolâtrement le grand roman de l’avarice
au timbre mat au rythme langoureux au phrasé terne à souhait
et  franchement Eugénie Grandet déployée à mes oreilles
rien de mieux qu’un monument du siècle du papier

Écrire un commentaire

Optionnel