Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

--

J’ai passé deux jours dans la capitale n’ai pris le métro qu’un fois
Le reste à pieds rapides comme pieds parisiens
N’ai pas quitté la rive droite à peine vu la Seine
N’ai rien écrit nulle étoile soleil et pluie

 

Dans un théâtre il y avait une farce oubliée depuis trois siècles
Ça sentait le cheval à cause des écuries juste à côté
Le lendemain soir c’était un cœur antique dans la Maison des Métallos
Les poumons de la démocratie sont au stade quatre

 

L’intérêt d’une rétrospective au Centre Pompidou
C’est d’approcher la main qui répartit cette matière insensée
Sur de si grandes toiles d’où émerge ici la main de Dieu
Là un aigle renversé puis un poète dans un paysage de cercles concentriques

 

Sinon les vitrines de luxe restent admirables
Les magasins bio remplacent les Franprix
Les terrasses pandémiques en style palette ruinent les cartes postales
J’ai même vu des créatures tout droit sorties d’un vidéoclip de 1982

 

Naguère quand j’étais parisien je marchais pour faire des phrases
Des poètes racontent cela marcher à l’aventure rêver écrire
Les rêveries du promeneur solitaire activité typiquement masculine
Les nuits de Paris et ces longues pages déambulatoires dans Aurélia 

 

Je ne le suis plus 
L’orchestre à la radio me paraît bien incongru
Le rap dans la voiture me tape sur le système
Les bruits d’une maison suffisent à marquer le tempo de la routine et du hasard

 

Un chat m’oblige à parler comme on parle à un chat d’une bête affection
Je me garde d’en faire un chat littéraire c’est un chat de litière
Ce matin guettant mon réveil et finalement voulant le forcer
Il s’assit sur ma tempe comme je sommeillais joue gauche sur l’oreiller

 

Je dors dans un chalet en kit au milieu du jardin sur un lit de jeune fille
Le voisin a donné une douzaine d’œufs dont j’ai fait un flan savoureux
Parfois le ciel ressemble vraiment à un ciel du Nord un ciel des Flandres
C’est la récompense d’avoir le cœur lourd et le songe creux

 

Ce fut un dimanche familial dans la maison familiale
La chaleur d’un four et d’une gazinière
Réactions chimiques du beurre et du sucre à la surface d’une recette maternelle
Et ce soir j’ai dissimulé du bleu dans la soupe orange

 

the_problem_by_ward_graumans_and_david_snellenberg.jpg

© Ward Graumans & David Snellenberg

Les commentaires sont fermés.