Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La fuite

  • Elle est retrouvée

    Eugene (en anglais [juːˈdʒiːn]) est la deuxième plus grande ville de l'État de l'Oregon, aux États-Unis. Aussi connue sous le nom d'Emerald City (la cité émeraude), Eugene est célèbre pour la beauté de sa nature, son accent sur les arts, ses possibilités de loisirs (le cyclisme, la course, le rafting, le kayak, etc.) ainsi que pour être la ville d'origine de la société Nike.

    Dali (chinois: 大理, pinyin: Dàlĭ, langue bai: Darllit) est une ville de la province du Yunnan en Chine. C'est une ville-district, chef-lieu de la préfecture autonome bai de Dali.

     

    Les villes d’Abhinav et de Wenjie composent le nom d’un peintre franco-espagnol, Eugene Dali — si l’accent grave ne faisait défaut au milieu du prénom. Eugene Dali est plutôt un poème de père indien et de père chinois. C’est le poème bancal de mes errances. Je m’attache à résoudre ses fréquences contrariées. J’y ai mis quelque volonté pour le nom ; le prénom a frappé à ma porte. Ce jour-là, tandis que Wenjie contemplait des images de Jaisalmer, Abhinav s’est arrêté devant une fenêtre de la maison de Roche où Rimbaud écrivit Une Saison en enfer. Il voyait des couleurs et des textures ; moi, je montrais du doigt la plaque fixée au mur : "Ici Rimbaud a espéré, a désespéré, et souffert." Comme Abhinav ne connaissait pas Rimbaud, je lui ai envoyé une traduction de "L’éternité".

    170429_roche2.jpg

    Mon nom de Pierre est difficile à prononcer hors la France. C’est un nom de chose monosyllabique et minéral, comme le roc, comme la roche. Ne faisant pas le lien entre Pierre et Peter, Wenjie a écrit mon nom Stone. En hindi, Pyar est immatériel : Abhinav me dit que c’est le nom de l’amour. — Mon amoureux a un nom d’arbre. Il fait trois syllabes et commence par un cercle. Il s’est retiré à la campagne et cueille la dent-de-lion. Nous en boirons le vin à l’été.

    pyar.JPG

  • Say Om

    200505_namaste.png

    Il disait Om et moi une octave plus bas
    Dans l’Oregon on chassait la biche
    Le chemin est coupé comme la queue d’un chien

     

    Étais-je allé à Rishikesh
    Rien que ce nom

     

    Everyone is their own guru he said

  • Pattaya

    Il poste des photos de Thaïlande et les présente comme une lettre du Sud. Sur la première photo, il avait au poignet une montre achetée 20 yuans au marché noir ; il était 18h10 ; il prenait des photos. Comme deux amis qui voyageaient avec lui se faisaient racoler pour un spectacle de shemales, il en profita pour marcher au hasard dans la chaleur étouffante, et finalement s’asseoir par terre.

    wenjie ding

    Never been out of Europe
    6.10 pm in Pattaya
    Unframing and reframing one’s memory

    Une autre vie que la mienne
    Un autre pays que le mien et le sien
    Une autre langue que la mienne et la sienne

    Ici l’air est irrespirable et la langue est malade
    The only thing we have to fear is fear itself she said

     

    [Rewriting and framing and dreaming Wenjie’s memories.]

  • Encre

    Il fait noir dehors, c’est lune décroissante ; au bord de la fenêtre une paire de mains comme d’un intrus ou d’un amant qui voudrait entrer incognito ; un homme de dos fixe les mains, il est à table, boit un café fumant ou un thé, fesses et cuisses charnues pesant sur la fine structure métallique d’une chaise dont le siège et le dossier semblent de corde ; un autre homme assis en face de lui, légèrement décalé, regarde dans l’autre direction, une tasse fumante dans la main droite, le coude calé par le poignet de la main gauche où se consume une cigarette, ses pieds dépassant sous la nappe. Son expression est aussi impénétrable que le visage de Wenjie. Est-il inconscient de ces mains qui annoncent l’intrusion prochaine ? Attendent-ils un amant ? — Je suis idiot : l’intrus est un esprit.

    200428_wenjie_ding2.JPG

    © Wenjie Ding, L'esprit sous le clair de lune

  • Farewell poem

    Là où le bleu des collines fend le ciel du septentrion,
    Bien au-delà du fossé qui encercle la cité,
    Nous nous sommes arrêtés pour nous dire au revoir.
    Un voile blanc s’est couché sur l’horizon ;
    Ton cœur était gonflé de pensées vagabondes ;
    Pour moi, c’était assurément le coucher du soleil.
    Nous avons cherché la voix du dernier adieu,
    Mais nos mots se sont dit bonne nuit.

     

    [Rewriting and dreaming Wenjie’s fantasies.]